Trouver mon parcours Trouver mon parcours

Ses objectifs

Le RAVeL, c'est plus qu’une simple infrastructure ! C'est un véritable programme favorisant le développement social, économique et culturel de toute une région. C'est aussi une composante d'une mobilité durable. C'est, enfin, une contribution à la mise en place d'une politique de développement durable au niveau européen.

Favoriser et améliorer la mobilité quotidienne

Le développement du RAVeL s'inscrit dans une politique globale de mobilité, avec, parmi les priorités, la réhabilitation des modes de déplacement doux. Ces types de déplacements sont tout particulièrement intéressants en milieu urbain où ils améliorent l'accessibilité des services de base aux non motorisés. Charleroi, Namur et Liège sont des exemples significatifs. Le RAVeL traversant les villes, il n'est pas rare de voir des piétons et des cyclistes l'utiliser pour se rendre au travail, aller à l'école, aller faire les courses ou encore rejoindre la gare.
La desserte des grandes agglomérations ainsi que des zones urbaines et des parcs d'activités économiques est un véritable objectif pour le RAVeL.

 


Développer le tourisme vert, notamment le vélotourisme, se relier aux sites touristiques et stimuler la croissance économique à l'échelon local

Le RAVeL est un formidable espace de loisirs propice aux promenades et au développement du tourisme, que ce soit à pied, à vélo ou à cheval. Il permet de découvrir tout un patrimoine historique, culturel et paysager le long des itinéraires, mais aussi dans les environs proches.

Développer le RAVeL à des fins touristiques, c’est aussi contribuer à l'essor économique de toute une région, notamment au niveau local.

 

 


Préserver le patrimoine hydraulique et ferroviaire

 

Les voies d'eau comptent de nombreux ponts et autres ouvrages d'art dont certains sont tout à fait remarquables, comme les ascenseurs hydrauliques du canal du Centre, classés Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. Elles sont également jalonnées d'un riche patrimoine immobilier. Celui-ci atteste de l'évolution des métiers d'éclusiers et de bateliers, mais aussi de l’économie locale bâtie autour des cours d’eau (forges, moulins à eau, carrières, scieries…).

 

 

Les lignes de chemin de fer désaffectées foisonnent également de vestiges du passé : gares, viaducs, tunnels, bornes kilométriques, feux de signalisation…
Des actions sont menées dans le but de  préserver cet héritage: inventaire de l’état des ouvrages d’art, inventaire architectural et patrimonial des gares, inventaire du patrimoine ferroviaire… Pour le comprendre et l'apprécier, l'Institut du Patrimoine wallon a édité le Dictionnaire du Patrimoine ferroviaire.
En réaffectant ces voies, en les intégrant au RAVeL, la Wallonie rend la vie à toute une partie de son passé.

 


Contribuer à la création de couloirs écologiques et préserver la nature

Les anciens chemins de halage, comme les lignes de chemin de fer désaffectées, sont des éléments importants de nos paysages qu’ils ont en partie façonnés.

Pour autant qu'on assure leur entretien et leur réhabilitation, les sites « abandonnés » comme les anciennes voies ferrées présentent très souvent un potentiel important de développement de la biodiversité. Une fois réaménagés en RAVeL, ils abritent ainsi régulièrement des espèces rares, menacées ou protégées.

 

L'intérêt écologique des chemins de halage se trouve sur les berges qu'ils longent et parfois dans les murs de soutien.

Gérées de façon écologique, les voies du RAVeL servent de liaison entre les sites naturels. Elles participent à la constitution d’un réseau écologique favorisant les échanges d’espèces animales et végétales.

Le RAVeL a ainsi été primé dans le cadre de l’Année européenne de la Conservation de la nature.

 


S’intégrer dans les réseaux EuroVelo et des voies vertes européennes

Le RAVeL doit contribuer à la réalisation des itinéraires EuroVelo 3 (Trondheim - Saint-Jacques-de-Compostelle) et 5 (Londres - Rome) promus par l'European Cyclists Federation (ECF). Il doit également s'inscrire dans le développement d'un réseau de voies vertes à l'échelon européen, défendu par l'Association européenne des Voies vertes (AEVV).

Le Service Public de Wallonie (SPW) et la ville de Charleroi ont reçu, en 2003, un « European greenways award » récompensant la réalisation du RAVeL empruntant l'ancienne ligne 119, dite «La Houillère». Et dix ans plus tard, en 2013, grâce à la collaboration entre le SPW-DGO1 et la Communauté germanophone (Agence du Tourisme de l'Est de la Belgique - ATEB), ce sont les Lignes 47 et 48 de la Vennbahn qui ont été primées comme meilleurs produits touristiques par l'AEVV.


Améliorer la santé par la pratique d'une activité physique régulière, offrir une infrastructure spécialement adaptée aux personnes à mobilité réduite et promouvoir la convivialité et le partage de l'espace public

 

 

 

 

 


frisepicto